Depuis 2006 à Londres,

Phlight sort du cadre balisé de l'art contemporain, notamment du white-cube.

 

Au cœur battant de son appartement, quelque part dans le quartier de Fulham, l'artiste britannique Simon Tyszko (né en 1959) cohabite en effet depuis dix ans maintenant avec une aile d'avion cargo qu'il a minutieusement fait confectionner : cette réplique à échelle 1 perce donc son habitat de part en part, dévore peu à peu l'espace vital de l'artiste, repoussant sa propre capacité à supporter cette intrusion massive. Performance sur ses propres capacités de survie dans un logement devenu plus abri animal qu'habitat humain,

mais de quel nom est donc cette installation ?

Irruption et stagnation volontaires de notre industrie volante au cœur du domestique certes,

un ouvrage d'art ?

de design ?

d'architecture?

Laboratoire esthético-philosophique en tout cas, et politique assurément.

 

L'utopie moderniste ne peut-elle que choir et mourir dans l'art d'aujourd'hui ? L'absurdité capitaliste serait-elle la vraie terroriste de nos vies ? Depuis le 11-Septembre, Simon Tyszko n'en est pas à ses premières armes de réflexion sur le sujet : en 2002, il a confectionné une Barbie kamikaze (Suicide Bomber Barbie, cliquez ici) lardée d'explosifs.

Phlight
a life performance

with an aeroplane

in an apartment